Nouveau départ

2490165842_353537287e

Photo trouvée ici

Je suis là au milieu de la pièce et lui aussi.
Il vient de la buter. Non de la tuer de sang froid, je ne peux pas parler d’elle comme ça, après tout elle était mon amie d’infortune et je pourrais très vite me retrouver à sa place.
D’ailleurs elle a été à ma place, mais ça ne l’a pas empêchée d’essayer de se barrer.
C’est un exemple, la martyre morte c’est mon exemple, pour m’apprendre à bien me comporter.

Je ne dois pas la suivre dans la voie de la fuite, sinon c’est exactement ce qui m’arrivera.
Il me butera (la suivante pensera comme moi) au milieu de cette pièce et ira planquer mon cadavre je ne sais où, sachant très bien que personne ne me déterrera, jamais.
Et ce sordide lieu qu’il aura choisi sera mon dernier tombeau.

Je n’en ai même pas de frissons dans le dos.
C’est devenu mon quotidien depuis un certain temps, je ne sais même plus si ça se compte en mois ou en années.
Je suis dans un pays étranger, pas bien loin non, mais pas dans mon pays natal quand même, moi qui pensais me refaire une santé, c’est raté.
Quelle idiote vraiment, comment ai-je pu croire en mon libre-arbitre?
Quand tu commences ta vie dans la crainte, le dégoût, le viol, l’ignorance et une notion plutôt sommaire de la limite entre le bien et le mal, on est en droit de douter de ton libre arbitre.
Oui mais voilà moi je n’ai pas le recul nécessaire.

Je me suis retrouvée dans cette grande capitale européenne il y a maintenant un an ou deux, je n’arrive vraiment pas à garder la notion du temps, rapport à ce qu’il m’a fait sans doute.
J’avais trouvé du boulot dans ce grand magasin qui vend des vêtements et ça me ravissait.
J’étais pressée d’en finir avec ma vie d’avant, entre shit,alcool et sexe pas vraiment consentant.
Celle que j’avais été n’avait pas eu le choix, maintenant c’était différent.
Mes parents étaient loin, et moi j’étais libre ou presque.

Et puis je l’ai rencontré, dans un bar, je sais ce n’est pas très original.
Il était plus âgé, avec beaucoup de charme, et ça se sentait, plein de fric.
Forcément, on pourrait me taxer d’être vénale mais non vraiment son charisme et sa prestance m’ont charmé instantanément…
Comme on dit parfois il vaudrait mieux rester au lit ou se casser une jambe, peut être même qu’il aurait mieux valu qu’il m’arrive les deux ce jour là, ça m’aurait empêcher de rencontrer et de tomber amoureuse du diable.
Je n’exagère pas du tout, parce que, et je pense que nous serons d’accord, quand on est capable de plomber une jolie jeune fille qui n’a fait qu’essayer de s’en aller, il y a un côté malsain et maléfique.

Enfin passons son côté malsain, il était grand, brun et ténébreux.
Je n’ai pas pu résister et pour une fois j’avais l’impression de choisir.
Mais il faut croire que certains schémas étaient bien ancrés en moi, j’ai fait comme d’habitude, j’ai continué à me détruire.
L’amour a duré un temps et j’ai compris qu’il n’était pas du tout celui que je croyais.

Son fric venait d’un réseau de photos pédophiles, de celles qui font frémir. Quand j’ai su, mon cœur s’est arrêté de battre une minute ou deux et il est reparti comme si de rien n’était.
Et j’ai fait la même chose, comme si je n’avais jamais rien appris de mal à son sujet.

Il représentait le nouveau monde, ma nouvelle vie au même titre que ma nouvelle ville.
Je n’ai arrêté de le considérer comme le Messie que lorsque j’ai compris qu’il y avait eu et qu’il y aurait d’autres filles que moi.
Et lorsque ensuite j’ai compris que la rupture avec lui ne se passait à la régulière.

Son comportement a soudainement changé, il m’enfermait lorsque je n’étais pas au travail et me battait si par malheur je n’étais pas d’accord avec lui.
Mes collègues ont commencé à se douter de quelque chose mais pas à cause des marques de coups, il était intelligent le bougre.
J’ai du changer de boulot et je crois que c’est ce qui m’a rendue le plus malheureuse.
Très étrange l’esprit humain.

J’ai eu envie de partir, l’évidence s’est imposée à mon esprit mais il a du le sentir, un peu comme les animaux quand on leur montre qu’on a peur.
L’étau dans lequel je m’étais engouffrée comme une grande s’est resserré et j’ai commencé à étouffer.
Alors pour que j’oublie la fuite, il l’a butée. Non, il l’a tuée de sang froid, je ne peux définitivement pas parlé d’elle comme ça.
Elle a été à ma place, mais ça ne l’a pas empêchée d’essayer de se barrer.

Et ça ne m’empêchera pas de me barrer.




Même si cela est une fiction je vous rappelle qu’il existe des structures d’écoute et d’aide pour les femmes victimes de violences aussi bien physiques que morales, et un numéro le 39 19.

Logorrhée, ça faisait un bail mais quand ça sort ça sort brutalement ;op

Publicités

2 réflexions sur “Nouveau départ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s